Loading ...

Renforcement de la résilience du système de santé publique au Niger, face à la crise COVID19

CORONA-NIGER
> Niger

Du coton molletonné pour la confection de masques réutilisables au Niger


Dans le cadre du projet Team Europe Niger, Ensemble Contre le Corona, il est prévu l’acquisition d’équipement de protection individuelle dont des masques. Il est aussi prévu de privilégier tout ce qui peut être produit localement. Sur cette base, ENABEL Niger a analysé les marchés et s’est rendu compte que pour suivre le tutoriel choisi et validé par des hôpitaux français ayant eu à affronter la pénurie de masque, il fallait disposer de coton molletonné, qui laisse moins d’espace entre les fils que le coton courant. Enabel a ainsi acquis 5.000 mètres de coton molletonné pour la production de masques réutilisables. TeamEurope-Niger a donné la priorité aux associations qui soutiennent des personnes vulnérables, femmes et personnes en situation d’Handicap pour la confection des masques. L’association découpe les tissus et produit tout le nécessaire aux femmes qui assemblent les pièces. Les tailleurs gagnent 100 fcfa par masque assemblé. Les masques sont vendus à 500 fcfa l’unité. C’est la contribution citoyenne de toutes celles et tous ceux qui l’accompagnent dans cette aventure par rapport à la riposte à la pandémie actuelle. Amina, jeune femme travaillant dans un des ateliers retenus pour coudre les masques : « j’ai commencé à coudre les masques avec le début de la Covid-19. J’ai eu beaucoup de bénéfices, avant j’avais une petite machine, maintenant j’ai pu acheter une bonne machine. J’ai pu faire beaucoup de choses. » Ces masques produit avec l’appui du projet TeamEurope-Niger sont principalement destinés au personnel soignant, ils sont réutilisables et seront encore là quand les stocks de masques à usage unique seront épuisés. « On gagne de l’argent avec la confection des masques, cela nous aide beaucoup à satisfaire nos besoins et ceux de nos enfants. C’est avec le début de la pandémie qu’on a appris à coudre les bavettes. On peut coudre 300 bavettes par jour. Quand on termine de coudre les bavettes, on les met dans de grands sacs plastiques pour les protéger de la poussière et des saletés. » soutient Hamsatou qui travaille avec Amina. La production locale de masques réutilisables donne du travail à des personnes vulnérables et permet de réduire les risques liés à la pauvreté et les informe sur les risques de la pandémie. « J’exhorte tout le monde à porter des bavettes avant de sortir car elles protègent de la poussière et de cette nouvelle maladie » dit Amina. 

Latest news from this project

No news