Projet d’Appui au renforcement de la justice pour lutter contre l’impunité au Burkina Faso

PARJI
> Burkina Faso

Enabel fournit au ministère de la santé du Burkina Faso, du matériel pour améliorer le fonctionnement de la médécine légale

  • Enabel fournit au ministère de la santé du Burkina Faso, du matériel pour améliorer le fonctionnement de la médécine légale
  • Enabel fournit au ministère de la santé du Burkina Faso, du matériel pour améliorer le fonctionnement de la médécine légale
  • Enabel fournit au ministère de la santé du Burkina Faso, du matériel pour améliorer le fonctionnement de la médécine légale

Enabel fournit deux ambulances, du matériel médical de pointe et consommable médicaux, du matériel informatique et des ouvrages spécialisés au Ministère de la santé du Burkina Faso pour améliorer le fonctionnement de la médecine légale 

Enabel, à travers le Projet d’Appui au Renforcement de la Justice pour lutter contre l’Impunité (PARJI) financé par l’Union européenne, a apporté un appui matériel d’envergure aux 2 services de médecine légale du ressort de la Cour d’appel de Ougadougou, à savoir celui du Centre Hospitalier Universitaire de Bogodogo et celui du Centre Hospitalier Universitaire Régional de Ouahigouya.

La cérémonie officielle de remise de cet important matériel s’est tenue le jeudi 22 septembre 2022 à Ouagadougou précisément au Centre Hospitalier Universitaire de Bogodogo. 

Présidée par la Secrétaire Générale du Ministère de la santé et de l’hygiène publique, Dr Estelle Edith DEMBELE/DABIRE (représentant son ministre, empêché), la cérémonie a mis à l'honneur la participation de l’Ambassadeur de l’Union européenne au Burkina Faso, M. Wolfram VETTER, de celui du Royaume de Belgique, M. Jean-Jacques QUAIRIAT, ainsi que du Représentant Résident d’Enabel au Burkina Faso, M. Olivier KRINS.

L’appui est composé essentiellement de deux ambulances, d’appareils médicaux spécialisés, d’ouvrages spécialisés, de matériel informatique, de consommables et petits matériels médicaux divers. Il est évalué à plus de 150.000.000 de F CFA, soit un appui de plus de 230.000 Euros.

Une reconnaissance aux acteurs prépondérants

Le Représentant Résident d’Enabel au Burkina Faso, Olivier KRINS, a remercié les acteurs prépondérants qui ont apporté leur concours pour la réalisation de cette action d’acquisition et de remise de matériel qui contribue au développement de la médecine légale dans le pays et améliore, de fait, la qualité et la crédibilité des enquêtes en matière pénale.

Enabel a soutenu également, à travers ce projet, une étude architecturale afin d’évaluer les besoins techniques et financiers pour la construction future d’un Institut médical et permettre au Ministère de la Santé de démarrer une levée de fonds à cet effet dans les prochains mois. Au rang des acteurs clés ayant contribué à la réalisation de ce projet du PARJI figurent : 
  • l’Union européenne qui a alloué les fonds de mise en oeuvre ; 
  • le Royaume de Belgique dont relève l’Agence belge de développement Enabel ; 
  • le gouvernement Burkinabè, notamment les premières autorités en charge de la santé, l’ensemble des directions du Ministère de la Justice et des droits humains, chargé des relations avec les institutions, avec lesquelles les équipes d’Enabel sont quotidiennement en contact afin d’élaborer conjointement les activités visant à répondre aux besoins des justiciables ; 
  • les médecins légistes, et plus particulièrement Dr Norbert RAMDE, président de l’Ordre des médecins qui a fait preuve d’une disponibilité et d’un engagement remarquable dans le processus d’acquisition du matériel remis.   

L’esprit Team Europe salué 

Olivier KRINS a également salué l’esprit « Team Europe », un cadre où les états membres européens actifs au Burkina Faso s’organisent au sein d’une dynamique collective qui permet de mutualiser les moyens et d’enrichir la réflexion au bénéfice de leurs partenaires burkinabé et dans lequel s’est inscrit le projet PARJI.  

« Enabel active dans plus de 14 pays dans le monde avec un accent particulier pour les Etats en situation de fragilité, et notamment au Burkina Faso, ont assuré toute la complémentarité requise entre d’une part, le programme Justice de l’UE et ce projet d’Enabel, et  d’autre part, certains aspects du programme de coopération de la Belgique parmi lesquels la Santé, les droits sexuels et de la reproduction (dit SDSR) dans la Région du Centre-Est, œuvrant dans le district sanitaire de Tenkodogo pour la prise en charge des victimes de violences basées sur le genre, avec notamment la création récente  d’un Centre Mère Enfant à Tenkodogo » dira Olivier KRINS

En réceptionnant le matériel, la Secrétaire Générale du Ministère de la santé et de l’hygiène publique a mentionné que celui-ci permettra de renforcer le fonctionnement des services de médecine légale du CHU de Bogodogo et du CHUR de Ouahigouya tout comme les moyens roulants favoriseront la mobilité de l’équipe qui est souvent appelée sur des scènes de crime hors de son siège.

Un futur recours à l’Institut de criminologie de l’Université de Liège en Belgique

A la suite de cette remise de matériel médico-légal, il sera fait appel à l’Institut de criminologie de l’Université de Liège en Belgique pour permettre d’ici la fin de l’année 2022, l’intervention d’un éminent médecin légiste du Royaume, afin d’accompagner les autorités du Ministère de la santé du Burkina Faso, dans une stratégie de formation de spécialistes en médecine légale visant à terme, à renforcer la présence de ces auxiliaires de justice sur l’ensemble du territoire national.
 Selon la Secrétaire Générale du Ministère de la santé et de l’hygiène publique, la médecine légale qui est une branche de la médecine au service de la Justice, est une discipline qui reste embryonnaire au Burkina Faso alors que ses sollicitations vont grandissantes. Cela est d’autant plus vrai qu’avec « la dégradation continuelle du contexte sécuritaire, humanitaire et sanitaire, la chaîne pénale dans son ensemble est fortement sous pression et les attentes des populations vis-à-vis de la justice sont de plus en plus importantes. Ces besoins sont notamment la célérité dans le traitement des dossiers et l’amélioration de l’impact de l’assistance judiciaire qui permettraient de sentir l’œuvre réelle de justice et d’éviter le sentiment d’impunité. »  

Latest news from this project

No news