Appui au développement d'un entrepreneuriat inclusif et durable dans la région du Centre-Est

Entrepreneuriat BKF
> Burkina Faso

Enabel au Burkina Faso accompagne des producteur·trices de 13 communes de la région du Centre-Est pour le développement de leurs activités agro-pastorales

  • Enabel au Burkina Faso accompagne des producteur·trices de 13 communes de la région du Centre-Est pour le développement de leurs activités agro-pastorales
  • Enabel au Burkina Faso accompagne des producteur·trices de 13 communes de la région du Centre-Est pour le développement de leurs activités agro-pastorales
  • Enabel au Burkina Faso accompagne des producteur·trices de 13 communes de la région du Centre-Est pour le développement de leurs activités agro-pastorales
  • Enabel au Burkina Faso accompagne des producteur·trices de 13 communes de la région du Centre-Est pour le développement de leurs activités agro-pastorales
  • Enabel au Burkina Faso accompagne des producteur·trices de 13 communes de la région du Centre-Est pour le développement de leurs activités agro-pastorales

Un atelier marquant la clôture officielle du projet de “Promotion de l’Employabilité, la Cohésion, l’Inclusion Socioéconomique des Jeunes et des Femmes dans la région du Centre Est (PRECIS)” a été organisé le 24 mai 2023 à Tenkodogo
Ce projet s’inscrit dans le cadre de l’axe “Réalisation d’investissements structurants pour le développement économique local” de l’Intervention Entrepreneuriat de Enabel au Burkina Faso dont l’objectif global était de contribuer au développement économique et social inclusif et durable dans la région du Centre Est. PRECIS a été mis en œuvre par un consortium composé de Welthungerhilfe (WHH), l’Association pour la Recherche et la Formation en Agroécologie (ARFA), le Réseau de Communication sur le Pastoralisme (RECOPA) et l’Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE), au profit de treize (13) communes de la région du Centre-Est, à savoir les communes de :

  • Andemtenga, Yargo, Baskouré et Tensobentenga dans la province de Kouritenga ;
  • Tenkodogo, Bissiga et Bittou dans la province du Boulgou ;
  • Ouargaye, Dourtenga, Lalgaye, Comin-Yanga, Yondé, Yargatenga et Sangha dans la province du Koulpélogo.
Plus de 1,3 milliards de francs CFA d’investissement dans le secteur agro-pastoral

Débuté en avril 2021, ce projet a permis d’injecter 2,2 millions d’euros soit 1 311 914 000 FCFA, dans les secteurs de l’agriculture, du pastoralisme et la mobilisation sociale à travers notamment :
  • l’aménagement de deux (02) bas-fonds rizicoles d’une superficie de 5 hectares chacun et de huit (08) périmètres irrigués d’une superficie d’un hectare par site selon la technique de micro-aspersion ;
  • la construction de trois (03) magasins de stockage d’une capacité de 20 tonnes par magasin ;
  • l’appui à trois (03) unités de transformation (étuveuse du riz) ;
  • le balisage de 120 km de pistes à bétail ainsi que de quatre (04) aires de repos et de zones de pâture ;
  • la réalisation de deux (02) forages pastoraux avec des champs fourragers selon la technique de micro-aspersion et un (01) forage d’abreuvement simple ;
  • la structuration des bénéficiaires des infrastructures en Société Coopérative (SCOOP) ;
  • le renforcement des capacités techniques des acteurs.
Le Gouverneur de la région du Centre-Est, le Colonel Aboudou Karim LAMIZANA qui a présidé les cérémonies d’ouverture et de clôture de l’atelier bilan, a apprécié favorablement l’implication de l’ensemble des parties prenantes (communes, agriculteurs, éleveurs, services fonciers ruraux, chambre régionale d’agriculture et ses démembrements, les services techniques d’agriculture, ressources animales et environnement au niveau communal, autorités administratives, coutumières et religieuses, etc.) dans la mise en œuvre du projet PRECIS. Il a par ailleurs exhorté les communes bénéficiaires et les services techniques à faire des réalisations du projet des acquis durables.

Des investissements structurants au plan économique

Julie VAN DER SMISSEN, coordonnatrice de l’intervention Entrepreneuriat d’Enabel au Burkina Faso, a aussi confié que le projet a vu le jour pour contribuer à l’amélioration de la gestion durable des infrastructures agricoles et pastorales et la cohésion sociale dans la Région du Centre-Est et à l’accroissement de l’accès des populations à faible revenu, notamment des jeunes et des femmes, à des emplois décents. « Il s’agissait d’accompagner le développement d’entreprises compétitives dans la région du Centre-Est aussi bien en milieu urbain qu’en milieu rural. Pour ce faire, il était nécessaire d’avoir un certain nombre d’infrastructures fiables, de mener des investissements structurants au plan économique. Dans le domaine agricole et pastoral qui occupe la majeure partie de la population active, il y a un fort déficit en termes d’infrastructures. Ce projet a été initié pour combler ce manque d’infrastructures en réalisant dans treize (13) des trente (30) communes que compte la région, des infrastructures hydro-agricoles et pastorales tels des aménagements de bas-fonds, de sites fourragers, de pistes à bétail, de forages et de périmètres maraîchers, etc. Des équipements ont également été mis à la disposition des producteur·trices qui ont aussi été accompagnés pour se constituer en coopératives et renforcer leurs compétences techniques. Des comités de gestion ont été mis en place pour assurer une utilisation pérenne et un suivi des différents sites aménagés. »
Des exploitant·es de bas-fonds et les transformateur·trices mis·es en réseaux pour le développement de leurs activités

Le chef du projet Mouni KONOMBO s’est dit satisfait des résultats atteints : « Les ouvrages qui ont été prévus ont quasiment tous été réalisés. Nous avons atteint un taux de réalisation physique de 92% malgré le contexte sécuritaire difficile. Dans l’ensemble, nous avons pu bien conduire le projet à terme. En plus du renforcement des capacités des producteurs, on les a accompagnés à s’organiser en seize (16) coopératives également formées et en possession d’agréments. Des comptes bancaires ont été ouverts pour ces coopératives qui ont aussi obtenu des fonds de roulement pour mener à bien leurs activités agro-pastorales. Les exploitant·es de bas-fonds et les transformateur·trices ont été mis·es en réseaux pour leur permettre de développer leurs activités et en un laps de trois (03) mois, ces producteurs ont pu étuver soixante-deux (62) tonnes de riz pour une valeur de plus de vingt-six millions (26 000 000) de francs CFA. Les services techniques des ministères en charge de l’agriculture et de l’élevage ont été impliqués dans les activités du projet et se sont appropriés ses objectifs et défis. Un fait qui démontre qu’ils peuvent continuer l’accompagnement des producteur·trices pour assurer la continuité des activités agro-pastorales ».

Latest news from this project

No news