Renforcement des droits sexuels et reproductifs - Santé & Droits sexuels et reproductifs

SD-PDSR-BFA
> Burkina Faso

Burkina Faso : Des actions concrètes et saluées pour la prévention et la réponse aux violences basées sur le genre

  • Les réalisations d’Enabel au Burkina Faso, à travers son intervention Santé, Droits Sexuels & Reproductifs saluées par le Cadre de Concertation Genre (CCG)
  • Les réalisations d’Enabel au Burkina Faso, à travers son intervention Santé, Droits Sexuels & Reproductifs saluées par le Cadre de Concertation Genre (CCG)
  • Les réalisations d’Enabel au Burkina Faso, à travers son intervention Santé, Droits Sexuels & Reproductifs saluées par le Cadre de Concertation Genre (CCG)
  • Les réalisations d’Enabel au Burkina Faso, à travers son intervention Santé, Droits Sexuels & Reproductifs saluées par le Cadre de Concertation Genre (CCG)
  • Les réalisations d’Enabel au Burkina Faso, à travers son intervention Santé, Droits Sexuels & Reproductifs saluées par le Cadre de Concertation Genre (CCG)


Les réalisations d’Enabel au Burkina Faso, à travers son intervention Santé, Droits Sexuels & Reproductifs en faveur de la prévention et la réponse aux Violences Basées sur le Genre (VBG), ont été saluées par le Cadre de Concertation Genre (CCG).

Une équipe constituée des membres du Cadre de concertation Genre (CCG) et conduite par M. Wim SCHALENBOURG, Chargé d’affaires du Royaume de Belgique au Burkina Faso, a effectué le 30 mai 2023 à Tenkodogo dans la région du Centre-Est, une visite de partage d’expériences sur les modèles développés par Enabel dans la prévention et la réponse aux VBG.

En effet, le programme de coopération bilatérale entre le Royaume de Belgique au Burkina Faso, mis en œuvre par Enabel pour la période 2019-2023, inclue quatre interventions parmi lesquelles le Renforcement des droits sexuels et reproductifs – Santé & Droits sexuels et reproductifs (SDSR).

SDSR vise à renforcer les capacités des femmes et des jeunes filles dans l’exercice de leurs droits et à appuyer les porteurs d’obligations dans la prise de mesures nécessaires à la consolidation des droits sexuels et reproductifs. Elle mène au niveau de la région du Centre-Est du Burkina Faso, des actions synergiques pour la promotion de la planification familiale et la répression des violences à l’égard des femmes et des filles, en partant d’une approche holistique qui combine le droit à l’information, à la protection des femmes et des filles victimes des violences et le droit à l’accès à des soins de proximité de qualité.

Pourquoi SDSR s’investit dans le domaine des droits sexuels et reproductifs ?

L’option prise par Enabel au Burkina Faso, à travers SDSR, de s’investir dans le domaine des droits sexuels et reproductifs part de plusieurs constats :

  • la situation des droits sexuels et reproductifs des femmes et des jeunes filles est marquée par des pratiques socioculturelles discriminatoires et de fortes inégalités, avec des structures qui ne sont pas toujours aptes à respecter, protéger et promouvoir leurs droits ;
  • la problématique des grossesses à risque est fortement liée au non-respect des droits reproductifs et sexuels des femmes et des filles adolescentes, ce qui les met dans une position vulnérable (mariages et grossesses précoces, grossesses non désirées, etc…), voire même dangereuse (haut taux de mortalité maternelle) ;
  • les violences basées sur le genre (VBG) - violences conjugales, viols, mutilations génitales, le rapt, les mariages d’enfants, etc… - demeurent également un problème sociétal important.
C’est pour découvrir et jauger les résultats de l’intervention SDSR en rapport avec ces thématiques délicates que les membre du CCG ont effectué cette visite de terrain. Il s’agissait spécifiquement pour le CCG de constater les réalisations dans ces domaines, en comprendre les facteurs de succès et favoriser un apprentissage collectif en matière de prévention et de réponse aux VBG.  

Le Centre Mère Enfants de Tenkodogo, un « modèle unique” de services intégrés de prise en charge de VBG  

Au cours de la visite, les membres du CCG ont d’abord effectué une visite de courtoisie chez le Gouverneur de la région du Centre-Est avant de se rendre au Centre Mère Enfants (CME) de Tenkodogo doté d’infrastructures (bâtiments administratifs, bloc d’accueil et d’orientation, salles de soins, laboratoire, blocs d’hospitalisations, bloc opératoire, bâtiments annexes, aires et espaces de détente et de bien-être, …), d’équipements médicaux, de matériel médical et non médical.    

C’est un centre qui offre de soins de qualité pour les femmes et les enfants (consultations curatives, pré et post natales ; planning familial, accouchements ; services de santé sexuelle et reproductive pour les jeunes et les adolescents ; interventions gynéco-obstétricales, etc. Il permet aussi un accès à des services de réparation de fistules obstétricales et des séquelles de l’excision. En outre, ce centre renforce l’offre de soins de santé pour les populations de la région du centre Est. Sa particularité est qu’il rend disponible une offre de services intégrés de prise en charge de VBG “selon un modèle unique” (médicaux, psycho-sociaux, orientation juridique et services judiciaires, hébergement et réinsertion).  

Après une visite guidée et de présentation des services : offre de services de santé maternelle et infantile ; modèle unique de prise en charge de VBG ; prise en charge des fistules obstétricales et des séquelles de l’excision, les membre du CCG accompagnés par l’équipe SDSR se sont rendu à la direction provinciale du ministère en charge de la famille et du genre pour échanger sur un certain nombre de points dont :
  • le renforcement des capacités des acteurs étatiques dans la protection, la prévention et la prise en charge des VBG ;
  • la gestion des données pour une meilleure prise en charge et la prise de décision dans la gestion des cas de VBG ;
  • l’engagement communautaire, l’implication des communautés dans la prévention et le référencement des cas de VBG à travers les Comités Villageois de Veille, de prévention, d’alerte et de référencement des cas (CVV) ;
  • les bonnes pratiques dans la prévention et la réponse des VBG ;
  • la réinsertion socio-économique des survivantes et l’autonomisation économique des familles d’accueil.  

Après cette étape, la délégation s’est rendue dans une famille d’accueil de victimes de VBG pour s’enquérir des efforts consentis par l’intervention SDSR et ses partenaires dans le domaine de la réinsertion socioéconomique des survivantes de VBG dans la région du Centre Est.  

Un portail Web pour renforcer les capacités et l’accès à une information SDSR de qualité pour les jeunes et les adolescents en milieu scolaire et les connecter aux services   

Le périple de la délégation a pris fin avec une visite du centre informatique du lycée Kourita de koupéla. Sur place, elle a pu constater le mécanisme (Plateforme d’informations) mis en place pour apporter une information de qualité sur la santé et les droits sexuels et reproductifs aux jeunes et adolescent.

Il s’agit d’une application numérique fournissant des informations de qualité sur la santé et les droits sexuels et reproductifs (SDSR) dans un certain nombre d’établissements scolaires de la région du Centre-Est. C’est un portail Web contenant des informations sur la santé sexuelle et reproductive, auquel les adolescent(e)s et les jeunes des établissements concernés peuvent accéder par intranet. Ce portail Web vise à renforcer les capacités des jeunes et des adolescents dans l’exercice de leurs droits sexuels et reproductifs. 

Le CCG en bref
Le cadre de concertation Genre (CCG) est un organe mis en place en 2002 pour appuyer l’orientation politique du Burkina Faso et promouvoir une participation équitable des femmes et des hommes au processus de développement. Il regroupe les partenaires techniques et financiers de la coopération bilatérale et multilatérale engagés pour la promotion de l’égalité femmes/hommes. Il est animé de façon alternée par un des partenaires techniques et financiers (PTF) désignés parmi eux, comme chef de file. La Belgique est lead des PTF depuis Octobre 2021 et mobilise à cet effet une trentaine de membres formant le CCG.

Latest news from this project

No news