Loading ...

Appui institutionnel au MAEP pour le développement des filières agricoles (AI MAEP)

PROFI V1
> Benin show map hide map

L’avant-projet de la Loi d’Orientation Agricole de la Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle (LOASAN) validé

L’avant-projet de la Loi d’Orientation Agricole de la Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle (LOASAN) validé

Le secteur agricole au Bénin est désormais doté d’une loi référentielle qui devra obliger l’ensemble des acteurs du secteur à opérer des choix stratégiques pour la durabilité des interventions. Un atelier consacrant la validation de l’avant-projet de la Loi d’Orientation Agricole de la Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle (LOASAN) s’est ouvert à l’Infosec de Cotonou les Mardi 02 et Mercredi 03 Avril 2019 et a réuni l’ensemble des acteurs du secteur agricole. C’est le Ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche (MAEP) Mr Gaston Cossi DOSSOUHOUI qui a procédé à l’ouverture des travaux en présence de Mr Ruben ALBA AGUI LERA chef de Coopération à l’Union Européenne et Mr Bernadin TOTO représentant la Plateforme Nationale des Organisations Paysannes et de Producteurs Agricoles (PNOPPA).   A la différence des documents antérieurs (plans, programmes, schémas directeurs etc.…) qui ont un caractère purement indicatif, la Loi d’Orientation Agricole de la Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle (LOASAN) contraint désormais tous les acteurs du secteur agricole à s'inscrire dans la continuité pour plus de durabilité et d'impacts des interventions dans le secteur agricole. Elle s'articule autour de cinq grands axes : ü  la garantie de la souveraineté alimentaire et la satisfaction des objectifs nationaux en matière de sécurité alimentaire et nutritionnelle; ü  la reconnaissance des métiers, exploitants et exploitations agricoles; ü  la protection sociale des personnes exerçant les métiers de l'agriculture; ü  la protection contre les calamités naturelles et les risques liés aux activités agricoles et ü  la modernisation de l'agriculture. Selon le Ministre de l’Agriculture de l’Elevage et de la Pêche, Mr Gaston Cossi DOSSOUHOUI, l’absence d’un instrument légal de référence pour guider les acteurs dans les choix stratégiques et soutenir les actions de développement du secteur agricole dans une perspective de durabilité constitue un frein au développement agricole au Bénin. Aussi s’est-il réjouit de l’aboutissement heureux de cette initiative du gouvernement qui vise à doter le secteur agricole d’un fondement qui fixera les orientations de la politique de développement agricole au Bénin. A ce propos, Mr Gaston Cossi DOSSOUHOUI a remercié les partenaires techniques et financiers à savoir l’Agence belge de développement « Enabel » et la Coopération Suisse qui n’ont ménagé aucun effort pour accompagner le gouvernement béninois dans l’élaboration de cette loi. « Cette loi garantira plus de cohérence dans l’élaboration des documents de stratégie et la formulation des projets/programmes agricoles qui doivent tirer désormais leur justification à partir des principes directeurs de mise en œuvre ainsi que des objectifs et priorités de la politique de développement agricole retenus », a laissé entendre Mr Gaston Cossi DOSSOUHOUI. Il a rappelé que les orientations de la LOASAN, prennent en compte la politique d’intégration sous régionale au sein de l’UEMOA et de la CEDEAO ainsi que les engagements dans le cadre des conventions internationales et les accords commerciaux bilatéraux et multilatéraux (Accord UE/ACPOMC) ainsi que la vision agricole du NEPAD. Mr Ruben ALBA AGUI LERA, Chef de Coopération de l’Union Européenne, Chef de file des Partenaires Techniques et Financiers du secteur Agricole dira pour sa part que la LOASAN représente le pilier des grandes réformes que le gouvernement du Bénin a entrepris pour le secteur agricole. Pour lui, cette loi a un double effet de poser les bases de la modernisation et de guider les stratégies de développement du secteur. « La capacité du Gouvernement du Bénin à légiférer sur une loi d’orientation pour le secteur agricole témoigne, d’une part, d’une vision consensuelle à long terme, et d’autre part, d’une volonté de valoriser les énormes potentiels du secteur agricole », a déclaré Mr Ruben ALBA AGUI LERA. Il a tenu a rappelé que 9,6% de la population béninoise, soit 1,09 millions de personnes, sont en insécurité alimentaire et 32% des enfants de moins de 5 ans ont un retard de croissance. La malnutrition est certainement l’un des obstacles majeurs au développement économique et à la croissance car elle altère le développement cognitif et cause la perte de potentiels intellectuels des populations, a-t-il martelé. Ainsi pour Mr Ruben ALBA AGUI LERA, investir dans la professionnalisation des « établissements agricoles » en définissant le statut de l’agriculteur, en fixant la surface minimum de l’exploitation agricole pour leur assurer une vie décente, en mettant en place des mécanismes de développement des capacités entrepreneuriales et en cadrant leurs performances économiques, témoignent d’une forte maturité de la réforme du secteur que porte et consacre la LOASAN. Il reste convaincu que l’application de ladite loi contribuera à lever les contraintes de la malnutrition et de l’insécurité alimentaire et posera ainsi le Bénin comme une nation qui assure son autonomie alimentaire.

Latest updates from this project

No updates